A Wall Street, l'action Harman s'adjuge 25,4% à 109,95 dollars vers 15h15 GMT, dans de gros volumes, après avoir atteint en début de séance un plus haut d'un an à 110,34 dollars.

 

Samsung précise dans un communiqué qu'il compte auto-financer l'opération qui doit être réalisée d'ici mi-2017.

 

Le groupe coréen ajoute que l'opération lui assurera tout de suite "une présence significative sur le marché important et en croissance rapide des technologies connectées, en particulier dans l'électronique automobile, qui sont une priorité stratégique."

 

Harman, qui emploie 30.000 salariés et dont les produits équipent plus de 30 millions de véhicules de par le monde, deviendra une filiale de Samsung et conservera à sa tête son directeur général Dinesh Paliwal.

 

Samsung a mis sur pied voici un an une équipe chargée de repérer les opportunités de croissance dans l'électronique automobile. Il a déjà investi cette année 450 millions de dollars dans BYD, un constructeur d'automobiles chinois également producteur de batteries rechargeables.

 

Samsung a également eu des discussions avec Fiat Chrysler Automobiles (FCA) sur un possible rachat ou partenariat avec son équipementier Magneti Marelli, selon des sources proches du dossier. On ne sait pas où en sont les discussions.

 

Lors d'une conférence téléphonique avec les analystes, le président de Samsung, Young Sohn, a souligné que le groupe sud-coréen n'entendait pas se lancer dans la construction automobile.